AccueilVoyageDécouvrez les différentes disciplines du parachutisme

Découvrez les différentes disciplines du parachutisme

Les nombreuses disciplines

Le parachutisme se décline en de nombreuses disciplines, notamment :

Le vol relatif

Cette pratique sportive implique l’exécution d’une série de figures obligatoires, en chute libre choisis au hasard par 4 ou 8 parachutistes avant chaque épreuve.

L’équipe doit exécuter toutes les figures dans l’ordre requis, en répétant la séquence autant de fois que possible jusqu’à atteindre la limite de temps de 35 secondes pour une équipe de quatre personnes ou de 50 secondes pour une équipe de huit personnes.

Les sauts sont respectivement de 3 000 et 3 800 mètres de haut. Une fois le temps imparti écoulé, les membres de l’équipe se séparent pour déployer leur parachute en toute sécurité.

Le vol relatif est la discipline la plus populaire en France. Elle ne peut être pratiquée qu’après l’obtention d’une licence B2, qui permet de pratiquer la chute libre à plusieurs.

Précision d’atterrissage

La Précision d’atterrissage (PL), doyenne des disciplines du parachutisme, est une épreuve d’adresse dans laquelle les compétences de pilotage et l’analyse des conditions météorologiques sont des variables décisives. Le saut s’effectue sur 1 000 mètres, avec pour objectif de toucher un pion de 3 cm de diamètre au centre d’une cible électronique montée sur un réceptacle en mousse.

Le  » carreau « , ou 0 cm, permet d’obtenir la meilleure performance. Les distances sont mesurées à 16 millimètres près.

Pour éviter d’arriver simultanément sur la cible, les membres de l’équipe conviennent de déployer leurs parachutes à des hauteurs différentes et évoluent en cours de descente tout au long de la chute pour arriver à l’atterrissage avec un retard de 10 à 20 secondes.

Voltige

La voltige aérienne, réalisée à partir d’une hauteur de 2 200 mètres, est un sport explosif qui exige une coordination et un équilibre exceptionnels. L’épreuve consiste à réaliser une série de 6 figures obligatoires en chute libre le plus rapidement possible après une épreuve de vitesse où certains participants atteignent plus de 300km/h : exécuter 2 fois de suite 2 rotations alternées de 360° suivies d’un saut périlleux arrière.

L’épreuve est filmée depuis le sol et jugée par une équipe de juges qui chronomètre les six figures au centième de seconde et évalue la qualité technique de l’exécution de l’enchaînement ( tours non bouclés ou écart de l’attitude du corps par rapport à l’axe de référence). Toute figure mal exécutée, comme dans les autres disciplines créatives, est sanctionnée selon un barème qui s’ajoute au temps de base des 6 figures chronométrées.

Vol Relatif Vertical

Le vol relatif vertical est un hybride du VR classique et du Free-Fly (toute position sauf à plat). Cette discipline consiste à marquer le plus de points en un minimum de temps en chute libre. L’équipe de cinq concurrents (4 performeurs et un vidéaste) se déplace à des vitesses pouvant atteindre 300 km/h. Les points ne sont acceptés que s’ils sont visibles dans la vidéo.

Free-Fly

Dernier né, ce loisir vise à réaliser des figures autres qu’à plat. Cette pratique du parachutisme englobe toutes les postures de la chute libre. Les figures se font généralement tête en bas, tête en haut, sur le dos, dans l’angle, sur le ventre, etc. Une discipline de plus en plus populaire auprès des pratiquants en quête de nouvelles expériences et de repères en trois dimensions.

Depuis 2000, la Fédération aéronautique internationale reconnaît officiellement cette discipline, qui possède ses propres championnats du monde.

En compétition, chaque équipe est composée de trois freeflyers. L’un d’entre eux est un vidéaste qui est chargé de documenter les évolutions des deux autres performers tout en s’adonnant à la chorégraphie aérienne.

La qualification B4 est nécessaire pour pratiquer le freefly en toute sécurité. Elle consiste à apprendre différentes postures de chute libre tout en contrôlant ses mouvements.

La chute assis

La chute assis, comme le vol libre, connaît un immense succès auprès des parachutistes depuis 1995.

La chute assis est une activité récréative qui implique d’adopter une position de siège dès le départ de l’avion et de la maintenir pendant la chute libre.

Lors du saut, la chute assis est souvent couplée à des mouvements de free fly.

Voile contact

Le voile de contact consiste à effectuer des manœuvres en parachute ouvert à partir d’un saut de 2 000 mètres. Les parachutistes déploient leur voilure dès qu’ils sortent de l’avion pour créer une formation. Ils atterrissent sur les voilures de leurs collègues en s’agrippant autant avec leurs pieds qu’avec leurs mains.

Une formule de record spécifique consiste à construire la plus grande formation avec le plus grand nombre de parachutistes accrochés ensemble.

Canopy Piloting

Depuis 2011, le Canopy Piloting est la toute dernière discipline à avoir fait son apparition en France. Cette épreuve de chute libre en parachute consiste à atterrir en  » survitesse « , période pendant laquelle la voile  » glisse  » et avance à grande vitesse sur une trajectoire horizontale en raison d’une prise de vitesse entre 300 et 700 mètres d’altitude.

Il en existe trois types :

  • La Vitesse (Speed) dans laquelle vous devez vous déplacer le plus rapidement possible entre deux capteurs situés à environ 70m de distance et positionnés sur une courbe à 70°,
  • Distance (Distance) dans laquelle vous devez aller le plus loin possible après le contact avec l’eau,
  • Précision (Accuracy) dans laquelle vous devez atterrir dans une cible de 1m par 1m debout après avoir parcouru 4 zones d’environ 40m au total en touchant l’eau avec votre pied. Un atterrissage  » non debout « , ou avant ou à côté de la zone, déduit des points, tout comme l’eau non touchée dans chaque zone.

En France, cette pratique commence à être contrôlée et nécessite un encadrement unique (saut et zone désignés, zone d’eau,…) ainsi que la licence B5.

Les plus lus